PFSDH: Rejoignez la FUSION pour une militance active. Devenir membre maintenant.

Promotion de structures géographiques plus saines de production et de peuplement

C’est dire, pour la Fusion en tout cas, que l’aménagement du territoire correspond à l’idée d’une géographie volontaire, d’une “géométrie“. Il ne s’agit plus seulement d’enregistrer des phénomènes économiques et démographiques, d’expliquer à posteriori les structures naturelles et humaines, mais bien de promouvoir des structures géographiques plus saines de production et de peuplement. La condition de la prospérité de l’économie et du bien-être est une politique volontariste.

Certains sont préoccupés surtout par l’existence de ville et de régions suréquipées .Ils recherchent avant tout la mise en ordre de l’occupation de l’espace, ils envisagent un aménagement ordonnateur qui impose des sujétions, interdit certaines constructions ou les soumet à des normes précises, plus qu’il n’invite à créer.

D’autres pensent davantage aux espaces qui souffrent d’un développement insuffisant, aux campagnes qui perdent leur substance par le départ de la force vive n’ayant pas la possibilité d’obtenir sur place des conditions de vie décentes, aux villes de province qui s’anémient faute de pouvoir retenir les élites intellectuelles et techniques drainées vers la capitale. Cela les mène à envisager un aménagement créateur, une dynamique susceptible de créer, dans ces villes et le monde rural, les foyers d’activité et les sources de richesse qui leur font défaut. Aménagement pour eux est synonyme d’expansion, autant et plus que de mise en ordre.

L’aménagement du territoire implique donc, par nature, la prospective. “L’organisation volontaire de l’espace d’une société en mouvement, l’organisation dans l’espace d’une société complexe demandent que soient éclairés les objectifs que l’on vise et (soient) cernées les principales conséquences possibles à moyen et à long terme des décisions que l’on prend”.

Prospective, conçue non pas comme une discipline autonome mais comme “un état d’esprit, une manière d’aborder les problèmes de l’aménagement du territoire”.

L’aménagement du territoire doit-il répondre à des fins économiques : suppression des freins à la croissance du produit national, que constituent des écarts régionaux de développement excessif ? ou seulement à des fins sociales : recherche d’une société mieux intégrée par des efforts conscients de solidarité nationale ?

Laisser un commentaire